Dans la peau d’une femme

J’ai déjà eu l’occasion de constater ce que pouvait ressentir une femme qui se fait reluquer des pieds à la tête par un groupe d’individus. Aujourd’hui c’est une toute autre expérience un peu plus légère que je vais tenter car il faut bien assumer sa part de féminité…

Sujet de société ?
http://humourdedogue.blogspot.fr/2012/08/reprise-du-blog-et-buzz-du-harcelement.htmlIl y a quelques semaines La vidéo d’une étudiante belge vivant dans un quartier populaire de Bruxelles m’avait assez interpellé. Elle avait filmé ses déambulations quotidiennes et les agressions verbales dont elle faisait l’objet et ça avait été l’occasion d’en parler et de commencer à parler de ce que j’estime être un tabou car finalement aucun débat de fond n’aura été soulevé à la suite de cette diffusion. Les média ont relayé mais aucune analyse digne de ce nom n’aura émergé.
J’étais assez dérangé de constater qu’en en parlant avec mes amies parisiennes, c’est monnaie courante. Elles ont toutes vécues ses différentes « agressions » à différents niveaux. Entre le frotman du métro, à celui qui se tripote la bite à l’aire et l’autre qui la traite de salope gratuitement, j’avoue que je ne m’imaginais pas la violence quotidienne à laquelle elles étaient soumises.
Mais qu’est-ce qui passe par la tête de ces hommes ? Et je n’utilise pas un grand H car je n’ai jamais été harcelé par une femme qui se mettait à me montrer ses nichons dans le métro jusque là. Et même si un jour ça m’arrivait, je pense que j’en rigolerai contrairement à mes copines qui rencontrent ces énergumènes et qui ne m’en parle pas trop en se marrant. Elles en parlent même avec un côté résigné : « c’est comme ça » et évitent certains quartiers, certaines lignes de métro à certaines heures.
Bref j’aurais aimé avoir un vrai débat de société autour de ça mais il faudra peut-être attendre un nouveau drame pour qu’on en reparle dans les médias. Peut-être que le sujet a été soulevé sur la blogosphère donc à bon entendeur, si vous pouviez m’orienter…

Le poids du regard ou une expérience dans le marais
Comme je le disais plus haut, j’ai déjà eu la chance de vivre une expérience ou j’ai ressenti ce que pouvait être le poids des regards sur soi. Ce jour là, j’accueillais un pote du sud sur Paris et il voulait absolument découvrir le Marais. Nous étions en mode fêtard et je lui confirme qu’en général les gays savent s’amuser et que ça pourrait être sympa. On y va, on cherche un endroit pour danser et s’alcooliser et nous rencontrons finalement un couple homo qui nous propose de les suivre dans un bar sympa.
Lors de cet échange, nous étions sur la route juste en face d’une file d’attente de personnes qui attendaient d’entrer en boite. A un moment donné de la conversation, je me retourne et je vois tous ces pairs d’yeux qui sont entrain de nous, de me mater. Je me suis senti scanné des pieds à la tête et le pire c’était ces regards vitreux et limite bestial qui faisait que je me suis senti comme un bout de barbaque dans un étalage de viande à la boucherie du supermarché. C’était ma première expérience de jeu de rôle.

Soirée mytho
Nous avons donc suivi ces deux mecs jusqu’à un bar gay. C’était aussi l’occasion de découvrir cet univers et de constater ou non certains clichés. Pour pimenter la soirée, nous nous sommes donc fait passer pour un couple homo irlandais qui ne parlait pas bien le français. Ca nous a permis de nous intégrer complètement dans la soirée et de poser des questions toutes connes car nous ne connaissions pas le milieu gay français. Nous avons dansé toute la soirée, nous avons essuyé plusieurs mains au cul et des regards plus qu’insistant et significatif mais toujours dans une certaine forme de respect.
D’ailleurs, j’étais assez surpris de voir autant de filles dans ces soirées. Aujourd’hui je comprends qu’elles étaient là pour ne pas être emmerdées par le côté drague systématique et pour profiter seulement de la piste de danse.

Et vous mesdames, ça vous fait plaisir quand on vous regarde ?
Lors de cette soirée, j’ai donc ressenti une impression désagréable d’homme objet et en même temps quelque chose d’inconscient sur le moment mais qui était plaisant. Je sentais qu’on me matait, du coup je comprenais que j’étais attirant et que je plaisais.
Maintenant ce n’est qu’une petite expérience mais je m’interroge vraiment sur ce que peuvent ressentir les femmes lorsqu’elles arborent un joli décolleté et que nous, pauvres hommes, ne pouvons faire autrement que de plonger le regard dedans.
Alors vous mesdames, quand un homme regarde votre vos atouts féminins, comment vous vous sentez ? Vous avez l’impression d’être une femme objet ou ça flatte votre égo ?

Mon expérience du soir
Bon ça n’a rien à voir mais ce soir j’expérimente quelque chose que je considère comme exclusivement féminin, l’épilation. J’ai donc acheté une crème dépilatoire et en lisant la notice et surtout suite au retour de quelques copines dans la confidence, je me dis que je vais plutôt me raser la jambe. Ca au moins, je devrais maitriser. Je vous donne un retour très vite🙂

19 commentaires

  1. Se faire mater c’est pas toujours lourd en effet, ça peut même être flatteur. Par contre se faire toucher, insulter ou traiter comme un objet là oui c’est très dégradant…
    bonne épilation et courage pour demain!

    1. Merci Steph🙂
      Bon si j’ai au moins 10 commentaires, je balance une photo de mon épilation!

  2. En fait, ça dépend essentiellement de la façon dont c’est fait: si le regard est salace (genre « je te la mettrais bien petite salope »), on se sent limite sale et pas en sécurité. Si le regard est juste appréciateur, on est flattée. Et pour qu’il soit perçu comme ça, il faut du respect!
    Et moi j’attends la photo de l’épilation!

    1. Bienvenue et merci pour le retour d’expérience🙂 Ca me révolte ce genre de réflexions salaces, m’enfin! C’est déjà bien qu’on en parle à défaut d’analyser le problème d’un point de vue sociologique…
      Pour la photo, il faut atteindre au moins 10 commentaires😉

      1. Je ne crois pas qu’il faille analyser le problème d’un point de vue sociologique… Il ne s’agit que d’un problème d’éducation. Si on n’apprend pas au petit garçon à respecter les femmes, il ne le fera pas quand il sera adulte. Et l’alcool a tendance à faire ressurgir ce genre de comportement malheureusement.

      2. Je pense qu’il y a aussi l’effet de groupe, le besoin de reconnaissance qui sont un peu plus dans la sphère de la vie en communauté.
        J’ai tellement baigné dedans depuis toujours que ça me révolte ces comportements.
        Restons vigilants🙂

  3. Crème dépilatoire ? Petit joueur : essaie la cire sur le maillot ou les aisselles et après on en reparle🙂

    1. Finalement j’ai rasé😉 mais comme je me retrouve avec un tube de crème, je me demande si je ne vais quand même pas essayer histoire de dormir moins con un de ces 4.

  4. Je suis d’accord avec l’analyse faite par leblogdalexa. L’on peut se sentir flattée par un regard, mais il y une grande différence avec une agression verbale ou pire, physique où l’on est pris pour un objet sexuel. Il n’y a alors plus de respect et c’est dégradant. Les jeunes filles, les femmes devraient pouvoir se sentir en sécurité. Mais il y a non seulement un problème d’éducation, mais également parfois comme tu le dis, un phénomène de groupe.
    Avec tout le respect que je te dois, j’attends le dixième commentaire…😀

    1. Coquine! Tu aurais pu le demander tout de suite au lieu de tourner autour du pot😉 Merci pour l’effort de réponse tout de même mais nous n’en sommes pas encore à 10 :p

  5. Y a une différence entre le regard lubrique (où là t’es juste un bout de viande à deux seins) et le regard flatteur qui te rebooste l’ego. Et quand y a contact non demandé, on se sent surtout salie.

    1. Faudrait qu’on me prenne en photo quand je matte! J’aimerais bien voir ma tête.

  6. Bonsoir
    Il y a une chose évidente en ce qui me concerne,
    Les rares fois ou je suis sorti étant jeune,
    C’était un attroupement perpétuel autour de moi qui m’a empêché de m’amuser et qui m’a finalement résigné à ne plus aller dans des endroits ou l’alcool et les effets de groupes font masses.
    Et oui malheureusement, j’en ai eu marre de ne pouvoir m’amuser.
    J’ai jeté l’éponge quoi!!
    Je crois que le pire que j’ai vécu ( et je ne parlerai pas de mes bourreaux qui ont tentés vainement de me détruire!), mais être avec mes très jeunes enfants en train de se promener et se faire
    accoster par un espace ou 5 hommes d’une cinquantaine d’années me demandent leur chemin et
    finissent leur phrase en me disant « tu suces bien », franchement c’est lamentable.
    Et je n’ai jamais été une femme provocante, mes tenues vestimentaires étaient corrects, mais mon regard m’a causé bien des tracas!!
    Heureusement que j’avance et que je ne m’arrête pas à la bêtise, car des crétins il en existera toujours.
    Par contre le travail que je fais sur moi depuis plus d’un an, me permet d’être fière d’être une belle femme et de regarder droit ,dans les yeux et j’avoue n’avoir aucun problème.
    Je crois qu’étant plus sereine et consciente aujourd’hui de ce que je dégage, j’arrive à gérer toutes les situations.
    Je pense même qu’il y a beaucoup de respect sur ma personne, car je n’ai peur de rien et personne ne me fait baisser les yeux.
    J’ai toujours le sourire et j’adore ce que je deviens, mais je ne le dis jamais parce que cela fait ressortir mon ego et je ne veux pas.
    Je crois que la femme doit être sûre d’elle et ne montrer en aucune manière de la peur.
    Ce n’est pas facile c’est vrai!
    D’ou l’importance de faire un travail sur soi pour avancer en paix avec sa propre âme.
    Bonne soirée:)

    1. Merci pour ton témoignage complet🙂 Je te rejoints sur ta conclusion.

  7. Quand on est toute jeune et jolie, que l’on commence a avoir un jolie corps de femme…oui au début c’est plaisant, on à l’impression d’être adulte, de faire partie des grandes…on en joue, on s’en amuse….bref au début c’est rigolo et plaisant.

    Mais quand ça fait plus de 10 ans que ça dure, quand il est impossible de se faire plaisir en mettant de jolies vêtement sans se faire limite harcelé par une bande de primate sans cervelle, quand il est impossible de se faire belle sans passé pour une allumeuse….là oui ça deviens lourd voir insupportable!

    Mettre un jolie décolleté, ce n’est pas forcément pour aguiché l’œil des pervers…c’est surtout pour se faire plaisir, se faire belle….on ne devrais pas se vêtir et se comporter en fonction des autres mais avant-tout en fonction de soi.

    Maintenant, je sais bien pour quoi je me suis volontairement négligée, c’est pour qu’on me foute la paix une bonne fois pour toute!

    Quand je marche dans la rue, ce n’est pas pour me faire tringlé par le premier venue, c’est surtout par ce que je doit allé d’un point A à un point B.

    Maintenant, avec tout se qui se passe en ce moment, je serait très tentée de prendre des cours de krav maga ^^

    1. D’après ton témoignage et ce que tu décris, il semble assez difficile de trouver le bon compromis entre se faire plaisir et se sentir belle, et ne pas attirer tous les pervers du coin:/

      1. Oui, malheureusement….c’est triste…..

        Le look garçon manqué protège un peut de tout ça….

      2. Fais attention de ne pas être que sur la défensive, il faut vivre et rester ouverte aussi…

      3. C’est tellement facile à dire……

Balance ta bouteille ou un simple commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Michaël Tartar

Réflexions et commentaires personnels sur l'Internet

Aquitaine décroissance

vers une démocratie générale

Ripple Effect Group

Be smart. Get social. Do business.

Casting Sauvage

Le blog d'une quadra canon & décomplexée qui cherche le love en milieu urbain.

Le blog de Philippe Silberzahn

Innovation, entrepreneuriat, surprises stratégiques et ruptures: L'incertitude nous rend libres

LEOFOLD LOIC

Creative Management Alchimist

ELaurentPollen

W # | Work Differently

%d blogueurs aiment cette page :